Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Visite à Kerdoussal

Bonne année à  toutes et tous qui suivez notre actualité !

Projets de lotissements à Kerdoussal

Samedi 10 décembre l’association Rivières et Bocage invitait la population de Moëlan à visiter les deux sites. RBBBM souhaitait attirer l’attention sur les dégâts occasionnés par l’abattage d’arbres de haut jet et les risques d’impact environnemental de deux projets en cours de réalisation.

La trentaine d’habitants ayant répondu à l’invitation ont été rejoints par M. Gwenaël Herrouet, adjoint à l’urbanisme de la Mairie et Christelle Fénéon, adjointe à la communication.

Deux articles de presse « Projets de logements : la Mairie tente de rassurer » dans Ouest France, et «Rivières et Bocage, inquiets des nouvelles constructions» pour le Télégramme du 14 décembre, se font fait l’écho de la visite.

Les deux sites de Kerdoussal

Les deux sites de construction de logements sont situés sur deux parcelles proches sur la rive gauche du Merrien, à proximité du centre de Moëlan. 

Le plan ci-dessous montre les deux terrains :

  1. Sur le terrain de droite: 54 logements situés sur les Hauts de Prat Bern à Kerdoussal, projet porté par l’Office Public d’Aménagement et de Construction (OPAC)

  2. Sur le terrain de gauche, 27 lots du projet «Les jardins de la mer, rue de Pont-ar-Laër projet mené par un promoteur privé

Les deux lots de Kerdoussal en cours d'aménagement

Trois points principaux ont été abordés au cours de la visite et des échanges :

1. Abattage d’arbres et recensement d’arbres remarquables.

« Ce qui préoccupe RBBBM c’est la non protection des arbres. Ceux qui étaient là auraient pu être classés … et nous aurions pu intervenir».

Mr Herrouet a reconnu que les arbres n’avaient pas été recensés comme arbres remarquables. (Le Télégramme) « Nous n’avons pas à Moëlan un relevé global de nos arbres remarquables. C’est sur la pile des choses à faire ».

Les participants ont constaté sur place que de nombreux arbres de haute futaie ont été abattus dans le projet privé. Sur ce point précis l’Adjoint à l’Urbanisme a expliqué (cf. Ouest France) « il n’a été coupé que les arbres malades devenus dangereux car ils penchaient trop. Derrière seront replantés des essences locales qui ne seront pas du châtaigner car celui-ci pose problème ».

De plus, les élus ont assuré que grâce à une retro-cession, la mairie doit récupérer tous les terrains le long du Merrien. Ils seront donc ainsi protégés.

2. Les berges du Merrien : écoulement des eaux

L’observation des deux parcelles qui entourent l’ancienne ferme montre un écoulement naturel des eaux pluviales vers le Merrien situé en contrebas.

Cette artificialisation des prairies en pente vers le Merrien va accélérer l’écoulement des eaux pluviales et augmenter les risques de pollution de cette rivière ostréicole. Aucun bassin de rétention n’est prévu. Les berges du Merrien figurant en Zone humide sur le PLU auraient dû être préservées en trame verte. Les 3 ha de prairies, entourées de haies, de talus boisés, jouaient un rôle important pour la biodiversité  et la rétention des eaux.

En France, nous perdons un département tous les 10 ans à cause de l’artificialisation des sols ! Moëlan veut-il aussi prendre cette voie ?

La position de RBBBM a été exprimée (Le Télégramme) « Il ne s’agit pas d’empêcher tout lotissement mais de voir ce que l’on peut faire pour éviter de massacrer les terrains à l’ancienne. Les promoteurs font ce qu’il savent faire : des tuyaux, du béton et du goudron.

Quid des haies, des fossés, des talus. C’est un bassin versant, les eaux fluviales vont arriver toutes au même endroit. Au lieu d’être gardées et stockées, elles vont être évacuées en direction du Merrien ».

3. Le rôle des associations

Que retenir de cette visite ?

Il est évidemment trop tard pour les arbres abattus. On pourra simplement contribuer à ce que les plantations soient faites dans les règles de l’art.

Par contre, pour l’écoulement des eaux il est possible d’orienter les travaux et s’assurer que le ruissellement soit maîtrisé.

De manière plus générale, chacun a pu noter que pour tout projet d’urbanisme une participation des citoyens en amont peut limiter les erreurs.

La participation d’associations comme RBBBM peut s’avérer utile. D’une part, l’expérience de l’association peut compléter les capacités d’action de la Mairie et ouvrir le champ de réflexion. D’autre part, RBBBM mène en permanence des actions sur la protection de l’environnement et pourrait très bien planifier des activités sur le territoire comme le repérage des arbres remarquables.

Quoi qu’il en soit, comme l’indique Ouest France « Les membres de Rivières et Bocage souhaitent travailler en concertation avec la commune ».

Réunion du 6 janvier à la Mairie de Moëlan.

Ces points pourront probablement être abordés, au sujet et au-delà de la situation spécifique des chantiers de Kerdoussal, lors de cette réunion en Mairie.

3 réflexions sur “Visite à Kerdoussal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *