Réflexions sur la crise agricole…

1- Le contexte

Ces dernières semaines ont été marquées par une très forte mobilisation du monde agricole (FNSEA, Coordination rurale, non syndiqués), afin d’obtenir une juste rémunération du travail, un assouplissement des normes administratives, la dérèglementation des normes sanitaires …

Une certaine ambiguïté semble régner, confusion d’intérêt entre la FNSEA, représentant les gros céréaliers (qui investissent en Ukraine!) et d’autre part des exploitants en souffrance que l’on envoie au combat !

Nous comprenons parfaitement cette douleur et cette colère des petits paysans ou agriculteurs qui sont les premiers affectés par les abus de la chimie moderne et la dérèglementation économique.

Il nous parait cependant injustifié qu’au nom de cette colère les pires dégradations ont été commises, sous l’oeil bienveillant, voire complaisant des pouvoirs.

Nous espérons que désormais une telle bienveillance puisse être décidée vis à vis de manifestants pacifiques qui cherchent à défendre et protéger notre patrimoine commun (Autoroute A 69, Bassines de SAINTE SOLINE, stockage nucléaire de BURE ..)

2- Une réponse facile des pouvoirs publics : la libération des pesticides

Né à la suite du Grenelle de l’environnement en 2008, le plan national « ECOPHYTO » visait à réduire de 50% si possible, à l’horizon 2018 l’usage des produits phytosanitaires. Or voici le constat :

  • ECOPHYTO 2008 ANNULATION ET REPORT

  • ECOPHYTO 2015 ANNULATION ET REPORT

  • ECOPHYTO 2023 ANNULATION ET REPORT

Emmanuel Macron avait promis, en 2017, de faire de la santé environnementale une “priorité du quinquennat”.

L’interdiction du glyphosate, l’herbicide le plus courant, connu pour ses liens probables avec le cancer et les dommages qu’il cause à l’environnement, tient le haut du tableau de ses engagements verts.

Et pourtant, nous retrouvons quelques « belles » formules prononcées par E Macron :

« Nous voulons une écologie qui protège les Français et la nature ».

« Depuis la révolution industrielle, nous sommes en train de surconsommer la planète, mais aussi de la détruire. Or ce qui nous fait, c’est cette planète »

« Etre écologiste aujourd’hui, c’est se préoccuper de l’humanité»

3- LES ACTEURS

a- Le Vivant : la Nature, laTerre, l’air, l’eau , la Faune et la Flore, les Animaux d’élevage, les Humains … les grands perdants !

b- Agriculteurs et paysans :

Exploitants et exploités agricoles, le deuxième maillon indispensable de cette logique infernale mais surtout les premières victimes …

c-Les soit-disant «Maîtres du jeu» :

FNSEA, céréaliers, coopératives dites agricoles, industrie chimique, Banques, grande distribution, marchands de tracteurs et matériels agricoles, lobbyistes, ministères, élu.e.s, semenciers …

Tous d’accord ? Oui car il ne faut pas laisser la machine financière tourner à vide en renonçant aux joies du libéralisme sauvage, et ceci, à cause des contraintes sanitaires protectrices de l’environnement et de la santé de tous.

Sur demande nous pouvons citer des noms référencés :

Vautours, Chacals, Vampires, Mafieux ? non !

Simplement Partisans du Progrès et de l’expansion infinie, joyeusement pimentés par le Pouvoir et l’Argent.

d- Les Consomm”acteurs :

Le dernier maillon, mais sans eux (donc nous) rien ne peut se faire.

En effet, nous pouvons et devons choisir.

Entre nos mains se trouvent les clefs pour valider ou non des décisions qui mettent en jeu notre présent et surtout celui de nos enfants et des générations futures.

C’est donc nous, par nos choix économiques et politiques que nous devons inverser cette logique mortifère, les exemples démontrent que ce pouvoir est bien réel.

Nous pouvons et nous devons dire NON !

Tout est possible, le bonheur est à portée de main …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *